Communauté d'agglomération de l'artois

Lundi 29 Mai 2017
 

Passer le Fil d'Ariane

Vous êtes ici : Accueil > Sortir > Culture > Actualités Culture

Aller au Fil d'Ariane

Passer le Contenu

Passer Menu Secondaire

 
Toutes les actualités

Béthune 2011 -

Culture
 

« We Were Horses » : plébiscité avant même d’être joué !

Ce sera l’un des événements phares de la programmation de Béthune 2011, la rencontre entre Carolyn Carlson et Bartabas et leurs troupes. Une rencontre tellement espérée par les connaisseurs (par l’inconscient collectif) que le spectacle du duo élargi était voué au « succès avant même sa création ». A tel point qu’il sera joué à guichet fermé !

> Lire la suite
 

Béthune 2011, capitale régionale de la culture

Culture
 

 

Des expostions à voir absolument

En cette année capitale, plusieurs expositions d'envergure sont présentées en différents endroits de Béthune. Et si vous n'y entendez rien en art contemporain, pas de panique !

> Lire la suite
 

Béthune 2011, capitale régionale de la culture

Culture
 

Esquisses artésiennes : l’œuvre capitale

Ambiance à la fois bon enfant et studieuse en cette veille de la Saint-Valentin à l’espace culturel Grossemy de Bruay-La-Buissière. Sur la scène, une quarantaine de musiciens d’harmonie parmi les meilleurs que comptent le territoire...

> Lire la suite
 

Eglise Saint-Léger de Gosnay

Culture
 

Les œuvres restaurées sont de retour

Edifice déclaré d’intérêt communautaire, l’église Saint-Léger de Gosnay, qui accueille l’unité d’art sacré qui sera inaugurée le 11 décembre prochain, a connu d’importants travaux de rénovation voulus par Artois Comm.. Ceux-ci ont concerné tant l’édifice lui-même (810 000 € de travaux) qu’une grande partie de son contenu.

 

> Lire la suite
 

Fête de la chartreuse

Culture
 

« Zoom Zoom Gosnay » : un tournage pour rire

Depuis 2004, la Fête de la chartreuse, concoctée par Artois Comm. et Culture commune avec la complicité ô combien précieuse de l’association Ça gère, est synonyme de grand spectacle, à l’humour décalé le plus souvent. L’édition 2010 a été du même tonneau (de vodka) avec un « Zoom Zoom Gosnay » aussi délirant que participatif.

> Lire la suite
 

Résidence littéraire

Culture
 

"Regards croisés" : quand poésie et roman noir font bon ménage

 

En mars et en mai, Patricia Nolan, poétesse irlandaise, et Patrick Raynal, notamment auteur de romans noirs, ont visité une quinzaine de lieux du territoire dans le cadre d’une résidence littéraire aidée par Artois Comm.. Un « couple » improbable, penserez-vous. Pas du tout…

 

 

> Lire la suite
 

Aller au Menu Secondaire

Passer l'Article

Ce sera l’un des événements phares de la programmation de Béthune 2011, la rencontre entre Carolyn Carlson et Bartabas et leurs troupes. Une rencontre tellement espérée par les connaisseurs (par l’inconscient collectif) que le spectacle du duo élargi était voué au « succès avant même sa création ». A tel point qu’il sera joué à guichet fermé !

La rencontre des deux monstres sacrés du (grand) spectacle ne pouvait qu’avoir lieu, tôt ou tard.
Carolyn Carlson a toujours été fascinée par les chevaux. « Le cheval (…) incarne notre part sauvage que notre société a perdue. (Il) engendre un sentiment de bien-être car il est libre. », dit l’Américaine de Roubaix qui  a découvert Bartabas au début des années 80. « Tombée amoureuse de son travail », elle créera même, en 1990, « ‘Steppes’ en son hommage. »

« Tout est danse… »

Bartabas rappelle, lui, que « dans [s]es spectacles, il y a toujours eu de la danse. (Que) Tout est danse. » Et le fondateur du théâtre Zingaro d’aller plus loin encore : « Je me suis toujours dit que le jour où ils (les cavaliers, ndlr) seraient mûrs, avec assez d’expérience, ils pourraient se confronter à un grand chorégraphe (…). Ce type de rencontre artistique est l’accomplissement ultime de l’Académie. »

We Were Horses sonnera donc comme une fusion des énergies d’êtres et de chevaux, servie par une musique de Philip Glass.

Les répétitions du spectacle ont commencé en début de mois dans le fief de Bartabas, à Versailles. Un mois pour préparer le spectacle qui sera donné du 27 mai au 1er juin sur la friche Plastic Omnium de Bruay-La-Buissière.

Tours de force…

Monter un tel spectacle représente un véritable tour de force. Bien sûr pour les artistes, dont les chevaux (ils ne peuvent être utilisés que 20 minutes par jour), mais aussi pour les techniciens des différents partenaires du projet.
De ce côté-ci, il s’agira principalement de nettoyer le site, de le remettre en sécurité (portes, éclairage…), d’assurer la distribution électrique, d’aménager une rampe d’accès pour les handicapés, cela pour pouvoir accueillir dans les meilleures conditions les 1 440 personnes (et pas une de plus, pour des raisons de sécurité) attendues à chaque séance.
Les deux troupes, elles, apporteront tout le reste : gradins, matériel scénique, sable, sciure… Une véritable expédition !

A guichet fermé

Cinq séances, pas une de plus. Le spectacle est, en quelque sorte, victime de son succès annoncé. Il sera donc joué à guichet fermé. Même s’il est évident qu’elles auraient aussi affiché « complet », multiplier les séances était impossible. Plusieurs raisons à cela.
D’abord, les chevaux, par ailleurs inconscients de l’enjeu, doivent être ménagés. Ensuite, la loi impose une relâche aux artistes après 5 représentations d’affilée. Enfin, les deux compagnies artistiques avaient, avant même l’idée de ce spectacle, des calendriers déjà très chargés. Au final, « We Where Horses », après sa création à Bruay-La-Buissière, sera présenté en ouverture des Nuits de Fourvière, à Lyon (du 7 au 11 juin), puis et enfin à Monaco, début juillet.

Crédit photos : Yoshi Omori

Aller à l'Article

Aller au Contenu

 
Lundi 29 Mai 2017

Aller à Haut de page