Communauté d'agglomération de l'artois

Samedi 27 Mai 2017
 

Passer le Fil d'Ariane

Vous êtes ici : Accueil > L'agglomération > Nos missions > Nos grands dossiers > Béthune 2011, capitale régionale de la culture

Aller au Fil d'Ariane

Passer le Contenu

Passer l'Article

 

Investissements

Mises en lumière de sites emblématiques par des « illuminés » réputés, modernisation des lieux d’accueil incontournables, scène itinérante permettant d’amener des spectacles dans les communes de moins de 2 000 habitants, Béthune 2011 capitale régionale de la culture, c’est d’abord un gros programme de travaux.

Ces réalisations, qui marqueront durablement le territoire, seront autant d’écrins destinés à accueillir ou à sublimer une programmation qui s’annonce alléchante, à l’image de la seule « pépite » révélée pour l’heure, la rencontre (attendue) entre Carolyn Carlson et Bartabas. Tour d’horizon…

L’année des lumières

Les pièces maîtresses du projet sont incontestablement les deux œuvres – car il s’agit bien d’oeuvres – spécialement commandées pour l’occasion.

BETHUNE - Après avoir paré d’un patchwork coloré le beffroi de Béthune (inscrit au patrimoine de l’UNESCO) dans le cadre de Lille 2004, capitale européenne de la culture, le « Hollandais allumant » Krijn de Köning a été rappelé pour poursuivre son œuvre.
Cette fois horizontale, l’œuvre, intitulée « Fontaine de la Grand’Place », prendra la forme d’une succession de 13 bassins (20 000 l au total) de tailles et de couleurs différentes posés au pied du beffroi, histoire de « replacer au cœur de la ville un élément fondamental de la ville : l’eau. »
Si ces fontaines lumineuses seront astucieusement visibles le jour, l’œuvre prendra toute sa plénitude à la nuit tombée avec ses jets d’eau teintés de 50 cm à 1,60 m de haut. Le tout pourra être découvert à partir du marché de Noël.

BRUAY-LA-BUISSIERE – Inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis 1997, le stade-parc dans son ensemble fait actuellement l’objet d’une profonde mue visant à lui redonner son lustre (art déco) d’antan tout en l’inscrivant dans son époque.

Dès cette fin d’année, cette mue sera même progressive, mouvante mais permanente grâce à la mise en lumière de Yann Kersalé. Les arbres et les différentes pièces d’architecture seront ainsi sublimés.
Si le nom de Yann Kersalé ne vous dit pas grand-chose, précisons qu’on lui doit notamment les illuminations du musée Branly, du Sony Center de Berlin, de la Torre Agbar de Barcelone et, prochainement, celles du musée du Louvre d’Abu Dhabi.

Scène itinérante en campagne

Afin de rendre accessible l’événement au plus grand nombre, une scène mobile sillonnera les espaces ruraux de l’agglomération d’avril à octobre 2011. D’une capacité de 84 places assises et 150 debout, ce chapiteau imposant s’arrêtera dans les villages de moins de 2 000 habitants pour une durée de deux semaines à chaque fois.
La scène proposera une programmation spécifique concoctée par Culture commune en concertation avec les communes. Sous la condition qu’ils soient pertinents, elle accueillera également les projets artistiques émanant des communes elles-mêmes et/ou autres groupements qui auront été retenus dans le cadre de la capitale de la culture.
A noter d’ores et déjà que cette structure sera pérennisée au-delà de 2011.

Un coup de neuf pour les grandes salles

BETHUNE - Edifié en 1912 (eh oui, il fêtera son centenaire très bientôt) et entièrement repensé dans le style art déco en 1928, le théâtre municipal avait besoin d’un sérieux lifting, le dernier d’ampleur ayant été opéré en 1961.
L’aménagement a touché tant sa vénérable façade que ses intérieurs et, notamment, ses 500 fauteuils et strapontins qui ont été rhabillés de neuf cet été en Auvergne.

BRUAY-LA-BUISSIERE – Dans la deuxième capitale, c’est l’ancienne salle des fêtes des Houillères, l’espace culturel Grossemy (477 places), qui a fait l’objet d’une belle rénovation. Le public découvrira (a déjà découvert pour les habitués) le hall d’accueil et le bar revus et corrigés ainsi que les nouveaux gradins, alors que les premiers artistes de la saison ont apprécié leurs nouvelles loges.

Le Lab-Labanque en travaux en 2012

L’ancienne succursale béthunoise de la Banque de France, devenu centre de production et de diffusion des arts visuels et équipement d’intérêt communautaire en 2007, sera l’un des espaces incontournables de la programmation de Béthune 2011.
Pendant l’événement, fidèle à lui-même, il accueillera des expositions de grande qualité et, parallèlement, il offrira également la possibilité à des artistes de produire des œuvres nouvelles, éventuellement présentées hors ses murs.
C’est seulement à l’issue de cette année que le Lab-Labanque fera l’objet de travaux visant à améliorer les conditions d’accueil du public. Il pourrait alors être hébergé ailleurs…

> Le Lab-Labanque est ouvert à la visite jusqu’au 26 novembre 2010, du lundi au vendredi (et jours fériés de 14 h à 19 h. L’occasion de (re-)découvrir ce lieu singulier.

 
 

Aller à Article

 

Aller au Contenu

 
Samedi 27 Mai 2017

Aller à Haut de page